Cette fiche est une synthèse du cours Bases physiques des rayons X – CERF 2001 – Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys – et résume l’ensemble des paramètres d’acquisition et de reconstruction pour le scanner à rayons X, [1].

Paramètres d’acquisition :

  • Collimation Primaire : définie par la largeur de collimation du faisceau de rayons X ;
  • kV, mA  et temps de rotation : Depuis plusieurs années les scanners hélicoïdaux monocoupe permettent d’atteindre des temps d’acquisition sur 360° de 0,75 à 0,8 secondes ;
  • Pitch : Le pitch se définit comme le rapport entre le pas de l’hélice (distance parcourue par la table pendant une rotation de 360° du tube) et la collimation du faisceau de RX.

 

Paramètres de reconstruction :

  • Matrice de Reconstruction : La matrice de reconstruction est habituellement une matrice de 512×512. Elle détermine en fonction du champ de reconstruction (FOV, Field Of View) la taille du pixel ;
  • Filtre de Reconstruction : Les profils d’atténuation recueillis par les détecteurs sont convertis par une transformée de Fourier en une gamme de fréquence avant l’étape de rétroprojection ; Les filtres  « mous » sont adaptés aux structures à faible contraste et les filtres durs aux structures à contraste naturel élevé, telles que l’os, le poumon ;
  • Algorithme d’interpolation : En scanner hélicoïdal, les données brutes (projections numérisées) ne peuvent être utilisées directement (contrairement au mode séquentiel) en raison du déplacement continu du patient durant l’acquisition.  Si l’on considère un plan de reconstruction à une position précise dans l’axe Oz, un seul point de l’hélice croise le plan de reconstruction : une seule projection est réellement mesurée. Il faut calculer par interpolation toutes les autres projections du plan de coupe d’angle 0° à 360° ;
  • Pas d’incrémentation : En scanner spiralé il est possible de reconstruire les images avec une distance inter-coupe inférieure à l’épaisseur de coupe, sans augmenter l’irradiation ;
  • Mode de Reconstruction : Le mode de reconstruction peut être complet ou partiel. La reconstruction partielle n’utilise qu’une partie des projections acquises lors d’une rotation de 360°. Cette technique est utilisée en imagerie cardiaque pour diminuer la résolution temporelle dans la coupe.

Bibliographie :

[1] Bases physiques des rayons X – CERF 2001 – Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys : http://www.imre.ucl.ac.be/rpr/RDGN3120/scanner.pdf