La spectroscopie par résonance magnétique nucléaire, est basée sur les propriétés paramagnétiques de certains noyaux atomiques.

Le principe physique :

C’est en 1946 que les deux groupes de physiciens, l’équipe du Pr. Bloch à Stanford et l’équipe du Pr. Purcell à Havard, mettent au point le signal RMN.

Le déplacement chimique : tout noyau atomique a une fréquence de résonance, qui lui est propre et dite fréquence de Larmor :larmor

où gamma est le rapport gyromagnétique.

Le signal du proton est ainsi caractérisé, par son déplacement chimique, d, exprimé en particules par millions (ppm) du champ magnétique.

Les spectres du proton 1H :

Après traitement mathématique, une transformée de Fourier est appliquée, pour extraire la fréquence de chaque sinusoïde de la FID. Les résultats sont le plus souvent représentés, sous la forme d’un spectre haute résolution.

Spectroscopie

Post-traitement :

Le post-traitement basique des spectres RMN, correspond à trois étapes simples :

  • Le phasage : un spectre est dit phasé, lorsque son profil est symétrique et positif à gauche comme à droite ;
  • La détection des pics : il s’agit de détecter les pics par leur extremum ;
  • la correction de la ligne de base : cette étape à pour finalité d’aboutir à une ligne de base plane et centrée sur l’axe delta, par des méthodes de décalage, d’ajustement polynomial et de spline cubique.

La spectroscopie RMN peut également se décliner pour d’autres noyaux atomiques, tels que la spectroscopie phosphore 31P, ou carbone 13C ou du fluor 19F.

La spectroscopie RMN de corrélation, COSY ou J-Résolue :

Ce type de spectroscopie, par couplage spin-spin, permet de produire des spectres à deux dimensions 2D, notamment pour déterminer la structure d’une molécule, particulièrement lorsqu’elle est complexe. multiplet

Les protons portés par un même carbone ou des atomes adjacents vont présenter des couplages, qui vont se traduire par une multiplicité du signal : le couplage avec un autre proton se traduit par la formation d’un doublet (avec deux protons d’un triplet etc.).

JPress

Littérature : Comparaison d’un spectre multiplet, et de la spectroscopie 2D, par couplage spin-spin J-Press à 3T, [4].

La spectroscopie GABA : la spectroscopie GABA permet une unique information relative à la physiologie et au comportement, par la mesure de la concentration corticale de cette molécule [5].

Bibliographie :

[1] http://webpeda.ac-montpellier.fr/wspc/ABCDORGA/Famille/RMN.htm

[2] http://uel.unisciel.fr/chimie/spectro/spectro_ch03/co/apprendre_ch3_58.html

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Spectroscopie_RMN

[4] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3383792/, Nicolaas A.J. Puts et al.

[5] What are we measuring with gaba magnetic resonance spectroscopy, Stagg CJ. et al.

Cas Cliniques :

[1] Spectre proton, CHNO des quinze-vingts, Dr Habas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s