Chers Lecteurs,

Annoncée par Agnès Buzin, Ministre chargée de la Santé, le 25 avril 2019, une feuille de route présentait les cinq grandes orientations du virage numérique en santé à plusieurs fins : renforcer la gouvernance du numérique en santé, intensifier la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé, accélérer le déploiement des services numériques socles,
déployer au niveau national des plateformes numériques de santé, soutenir l’innovation et favoriser l’engagement des acteurs.

Un an après, les indicateurs sont maintenant au vert pour l’usage des outils du virage numérique en santé.

Deux risques sont à surveiller :

  1. L’exclusion de patients non familiers avec la technologie ou n’y ayant pas accès ;
  2. Le manque de sécurisation des données.

Par delà ces craintes et malgré la faible digitalisation initiale de notre système de santé, la Covid-19 a eu un rôle d’accélérateur dans le processus d’adhésion des Français à la santé numérique, en particulier pour le télé-suivi infirmier, la téléconsultation et les télé-soins pour vaincre le virus.

Photographie : Image In Side, La Source de la Saine, appareil : Canon EOS R.
De nouveaux acteurs entrent en rôle pour cette transformation numérique. Par delà les projets cent pour cent santé, tels que la mise en place des maisons pluridisciplinaires, le marché de la santé en France, s’est ouvert, depuis bientôt dix ans, à de nouvelles entreprises, et aux start-up technologiques, de plus en plus nombreuses à explorer le potentiel de l’Intelligence Artificielle et de la santé numérique en médecine. Les compétences mixent des secteurs d’ingénierie, d’informatique, de mathématique, de la recherche, avec les projets de la médecine, pour tisser des liens et développer des centres de recherche clinique en milieu hospitalier.

Muriel Perrin, Présidente chez Transverse.